Des médailles et des larmes

Et voilà, les premières médailles olympiques en voile ont été distribuées cet après-midi. Les RS:X, homme et femme ont en effet disputé la fameuse medal race, réservée aux dix premiers du classement. Manche obligatoire, qui compte double et qui ne peut être biffée, cette course est déjà un accomplissement en soi. Mateo Sanz Lanz l’a ratée, il digère pour l’instant sa déception.

Ceux qui étaient qualifiés ont navigué dans des airs très légers pour leur ultime rencontre. L’aperçu a été envoyé, et le timing initial n’a pas pu être tenu. La première course, celle des hommes est partie avec un retard d’un peu moins d’une heure. Pour le Néerlandais Dorian Van Rijsselberghe et le Britannique Nick Dempsey, l’épreuve avait un goût particulier, puisque tous deux connaissaient déjà leur classement, et auraient pu s’abstenir de courir. Mais le vainqueur ne s’est pas reposé sur ses lauriers, et il s’est payé le luxe de gagner la course. Avec vingt-cinq points et huit victoires sur treize manches, Van Rijsselberghe a tout simplement dominé ces JO. Trois athlètes pouvaient par contre remporter la médaille de bronze, et c’est le Français Pierre le Coq (pas mal de s’appeler le Coq quand on représente la France…) qui l’a finalement emporté après une belle lutte. Chez les femmes, la Française Charline Picon a réalisé une magnifique course qui lui a permis de remporter l’or. Une médaille loin d’être gagnée en partant sur l’eau puisque le jeu était encore très ouvert, et que cinq points la séparaient de la tête du classement. La Chinoise Cheine Peina termine deuxième. La Russe Stefaniya Elfutina complète le podium.

Les Suisses ont pour leur part vécu une assez bonne journée puisque Nathalie Brugger et Matias Buhler ont gagné une course sur les trois disputées. Le duo termine cinquième et dixième sur les deux autres et se retrouve sixième, avec quatre-vingt points. Le leader, le bateau argentin de Cecilia Carranza Saroli et Santiago Lange compte soixante-cinq points. L’écart n’est pas énorme, et tout est encore possible le 16 août, pour la medal race de la série.

Le 470 de Yannick Brauchli et Romuald Hausser reste pour sa part dans le top ten (8ème) à l’issue de la course 7. Les compères doivent encore disputer trois régates demain. Le 470 féminin termine finalement en douzième position, et peut encore jouer sa place en medal race avec juste quatre points à grappiller pour entrer dans les dix. L’équipage du 49er redémarre demain, après une journée de repos.

Aucun commentaire pour "Des médailles et des larmes"

    Laisser un commentaire

    Votre email ne sera pas publié