Journée décisive

Si les conditions le permettent, les athlètes suisses engagés dans les compétitions de voile des Jeux olympique de Rio vont vivre une journée décisive.

Il y a d’abord les 470, qui doivent encore disputer trois courses avant la medal race. Pour Yannick et Romuald, après une expérience à Londres, cette qualification est plus qu’importante, et largement à leur portée. Le duo a en effet terminé presque toutes les manches dans les dix premiers. Classé 8ème à l’issue de la course 7, il compte cinquante points. Le leader, le bateau croate de Sime Fantela et Igor Marenic, en affiche quatorze. On peut donc pronostiquer objectivement que le 470 homme suisse va intégrer la medal race, et courir pour un diplôme olympique.

Le 470 féminin doit également disputer trois courses. Linda et Maja sont 12èmes, avec soixante-deux points. Les 10ème en ont cinquante-huit. La paire du lac de Thoune qui participe à ses premiers jeux a déjà dépassé toutes les attentes. Une qualification à la medal race est donc parfaitement envisageable pour les filles. Souhaitons leur cette réussite qui pourrait être un merveilleux accomplissement pour leur première expérience olympique.

L’enjeu du jour est évidemment celui du Nacra 17, qui peut potentiellement ramener une médaille. Pour rappel, Nathalie et Matias sont 6èmes avec quatre-vingts points. Ils ont remporté deux courses sur douze, et terminé deux fois 5ème, et neuf fois dans les dix premiers. Leur plus mauvaise course (biffée) est 18ème. Les favoris de la première heure, Marie Riou et Billy Besson, sont septième, handicapé par une hernie discale du barreur. Ils ont toutefois réussi à se surpasser et sont dans le match, leur détermination pourrait bien jouer des surprises. Les leaders, le bateau argentin de Cecilia Carranza Saroli et Santiago Lange compte soixante-cinq points. Un peu plus régulier dans les dix, l’équipage n’a terminé que trois fois hors du top ten. Troisième au général avec septante-deux points, les Autrichiens Tanja Franck et Thomas Zajac ne sont pas très loin. Nathalie Brugger et Matias Buhler ont donc le potentiel de ramener une médaille, ils peuvent même mathématiquement remporter l’or. La course qui les attend est donc décisive. Pour sa troisième olympiade, Nathalie pourrait bien entrer dans la légende, et ramener le graal qu’aucun Suisse n’a réussi à gagner depuis la médaille d’argent de Louis Noverraz, Marcel Stern et Bernard Dunand en 1968.

La pression est énorme, mais ne doit pas prétériter la performance. “À ce stade, ça se joue dans la tête” m’a confié Anne-Sophie Thilo, qui estime que l’homogénéité du niveau ne permet pas de faire de pronostic. La différence se fera sur le mental. Alors souhaitons à Nathalie et Matias d’être dans un bon jour, d’être capables de rester concentré jusqu’au bout, et de donner le meilleur d’eux mêmes. Et surtout, n’oublions pas que dans Jeux olympiques il y a “jeu”, et que malgré toute l’importance qu’on accorde à la prouesse, il y a aussi un peu de futilité dans tout l’exercice. Il est possible de vivre heureux sans médaille olympique, et malheureux avec. Ce qui compte avant tout c’est la manière. Le résultat n’est au final qu’une petite cerise sur le gâteau.

Aucun commentaire pour "Journée décisive"

    Laisser un commentaire

    Votre email ne sera pas publié