Si t’aimes pas l’attente, fais pas de la voile!

Même aux JO, les régatiers peuvent passer des après-midi à attendre le vent. L’aperçu a en effet été envoyé à Marina de Gloria pour les 470 et Laser en début d’après midi. On se serait cru à Vidy au mois d’août tellement la baie était lisse (J’espère que ceux de Vidy ne m’en voudront pas. Et j’aurais tout aussi bien dire Lutry ou Clarens…). Toute la petite famille olympique était donc en mode “attente”, une situation tout aussi exaspérante aux JO que sur les rives de nos lacs.

Les 49er ont été épargnés, ils sont sortis à l’heure prévue, et ont pu disputer trois courses. Lucien et Sébastien font une journée en dents de scie, et se classent 18ème au terme des régates. Il leur reste trois manches.

Les 470 qui sont sortis avec deux heures de retard sur l’horaire, sont finalement rentré en mode survie dans 35 noeuds, sans avoir pu disputer une seule course. Les photographes se sont par contre régalés, et quelques clichés d’anthologie ont été shootés.

Du coup, tout le programme est chamboulé. Les Laser doivent courir leur medal race en priorité demain, en remplacement d’aujourd’hui, avant de laisser la place aux Nacra 17, en deuxième partie d’après midi. Nathalie et Matias vont donc devoir attendre un peu, une situation qui ajoute probablement un peu de tension à la journée, mais ils sauront sûrement la gérer. Les 470 vont normalement disputer les trois manches qui leur restent, en parallèle, sur cette journée de réserve.

Quoiqu’il en soit, le point essentiel de la journée de demain est la medal race du Nacra qui est à huit points de la médaille. L’équipage mixte peut donc jouer une carte historique. Ça va essentiellement se jouer au mental, le niveau étant très homogène. Tout est possible lors de cette course décisive, qu’il ne faudra manquer sous aucun prétexte.

Aucun commentaire pour "Si t’aimes pas l’attente, fais pas de la voile!"

    Laisser un commentaire

    Votre email ne sera pas publié