Ce que je retiendrai de ces Jeux

Voilà, Rio 2016 c’est bien terminé et la densité des images qui se pressent dans ma tête est énorme. Les Jeux olympiques sont une véritable machine génératrice d’émotions, de même que Rio peut l’être. Du coup, le résultat est exponentiel, et cette expérience est indescriptible.

Le bilan de la délégation Suisse est ce qu’il est, et tirer quelconque conclusion sur ce qu’ont fait les régatiers de SST relève du pur fait sportif. Laissons ceux qui sont directement concernés faire les analyses qui s’imposent pour grandir, et pourquoi pas faire mieux la prochaine fois. Pour ma part, les moments que je retiendrai de ces Jeux sont avant tout lié à l’émotion.

Il y a d’abord eu la joie ressentie lorsque le Nacra 17 de Matias et Nathalie a remporté la première régate, laissant planer durant la semaine qui a suivi, l’espoir de voir ce remarquable équipage ramener ce que la Suisse attend depuis bientôt cinquante ans. Puis il y a eu la déception d’une ultime course ratée, les larmes de Nathalie Brugger, en zone mixte, au retour de la Medal race. Une interview interrompue pour reprendre son souffle, pour digérer la déception. Un moment où on ne se sent pas à sa place à poser des questions débiles, alors qu’on aimerait simplement faire preuve d’empathie. La loi du sport est ingrate, je l’ai assez dit durant ces Jeux. Mais il y a aussi eu la victoire de Romu et Yannick sur la dernière course, où je me suis surpris à hurler et applaudir sur la plage. Comme quoi le résultat final importe assez peu. Ce qui compte, c’est la manière, et les moments de grâce. Je crois que c’en était un.

©Juerg Kaufmann

Des larmes, il y en a aussi eu au retour des premières régates en Nacra, avec un Billy Besson à peine valide, et une Marie Riou en pleurs. L’objectif de médaille d’or que l’équipage français s’était fixé a été mis à mal en une journée. Brave, Billy Besson n’a pas déclaré forfait, et est revenu chaque jour, en chaise roulante pour ménager son dos, poursuivre ces jeux qu’il aurait dû dominer.

©DR

Des larmes, mais cette fois de joie, il y en a encore eu lors de la victoire de Santi et Cecilia. Athlète le plus âgé à remporter une médaille d’Or à Rio, Santiago Lange participait à ses sixièmes Jeux, et venait à peine de se remettre d’un cancer. L’image de leur victoire restera sans aucun doute la plus marquante de ces olympiades en voile.

©Sailing Energy

Finalement, le bonheur exprimé par les brésiliens lors de la victoire de Martina Grael et Kahena Kunze a été contagieux. Porté par la foule de bénévoles et l’équipe technique, l’équipage a été accueilli en héros après la régate à la marina de Gloria. Fille du célèbre stariste quintuple médaillé olympique Torben, Martina a certainement fait la fierté son papa lors de cette belle victoire.

©Sailing Energy

Merci aux Jeux, merci à Rio, merci à ceux qui m’ont permis d’être là, merci à tous ceux que j’ai côtoyés durant ces dix-huit jours, et merci à ceux qui ont suivi ce blog “Rio à chaud”. J’espère avoir pu transmettre un peu de ce que j’ai vécu.

Aucun commentaire pour "Ce que je retiendrai de ces Jeux"

    Laisser un commentaire

    Votre email ne sera pas publié